You are currently viewing Symptômes et causes d’un métabolisme lent

Le métabolisme du corps humain est comme le moteur qui brûle de l’essence dans une voiture pour la faire avancer. C’est la façon dont votre corps utilise l’énergie (calories) provenant de la nourriture que vous mangez pour fonctionner, comme respirer, bouger, digérer les aliments, maintenir la température corporelle, etc.

Vous avez entendu qu’il faudrait augmenter vos calories pour relancer votre métabolisme et recommencer à perdre du poids ?

Avant d’en parler, faisons un point rapide sur ce qu’est une calorie (et posez la question autour de vous pour rire un peu).

Les calories sont une unité de mesure de l’énergie contenue dans les aliments que nous consommons. Lorsque nous mangeons, notre corps utilise les calories provenant de ces aliments pour « produire »  l’énergie nécessaire à toutes nos activités quotidiennes.

Plus précisément, une calorie représente la quantité d’énergie nécessaire pour élever la température d’un gramme d’eau, d’un degré Celsius.

 

Symptômes d’un métabolisme ralentit par un régime

Un métabolisme lent peut être une réaction indirecte de régimes répétés. Les symptômes incluent souvent une fatigue chronique, une difficulté à perdre du poids malgré un régime strict, et une sensation de froid.

Globalement, quand une personne voit son métabolisme ralentir, elle ne se sent plus à son aise pour ( inscrivez ici une tâche demandant un effort physique ou mental ). 

Une étude a souligné que la fatigue chronique, un symptôme fréquent à l’heure où j’écris ces lignes, pourrait être liée à des troubles métaboliques, en particulier quand la cause exacte reste inconnue malgré l’écartement des raisons habituelles​​. Cela renforce l’idée que les régimes, en modifiant le métabolisme, pourraient contribuer à ces symptômes.[1]

Liste des symptômes les plus connues d’un métabolisme lent :

  • Difficulté à perdre du poids ou gain de poids rapide malgré une alimentation équilibrée.
  • Sensation constante de fatigue ou d’épuisement, même après avoir dormi suffisamment.
  • Incapacité à tolérer le froid, sensation fréquente de froid aux extrémités.
  • La peau peut devenir sèche et squameuse, et les cheveux peuvent devenir cassants et ternes.
  • Le cœur peut battre plus lentement que la normale.
  • Des difficultés ou des irrégularités dans le transit intestinal.
  • Rétention d’eau, en particulier dans les zones des chevilles, des pieds ou des mains.
  • Sentiments de tristesse ou d’abattement qui ne sont pas attribuables à des causes spécifiques.
  • Une température corporelle régulièrement inférieure à la normale.
  • Perte d’intérêt pour les activités sexuelles.
  • Difficultés à se concentrer ou à se souvenir des choses.

Si votre bilan médical est bon, mais que vous souffrez de ces symptômes pendant ou après votre régime, il est possible que votre métabolisme soit ralentit.

 

Impact des régimes sur le poids

L’efficacité des régimes est continuellement remise en question. La croyance populaire que les régimes peuvent induire une prise de poids ultérieure est soutenue par des études, bien qu’il n’y ait pas de consensus clair​​. Il est essentiel de comprendre que le métabolisme est influencé par de nombreux facteurs, et que l’approche d’un régime doit être personnalisée et surveillée de près pour éviter des effets contre-productifs.[2]

Les cas ou la perte de poids est stoppé par un métabolisme ralentit est sans doute possible. Mais l’observation tragique des personnes en sous nutrition par temps de guerre ou dans les pays souffrant de famine nous démontrent le contraire.

Un autre exemple, les émissions du type koh-lanta, cela n’a rien de scientifique, mais peu de personnes ont bloqué leur métabolisme et leur poids tout au long de l’émission, malgré une alimentation pauvre en calories.

Une hypothèse est que l’apport calorique ayant réduit la masse musculaire, et toute une série de mécanismes biologiques ou hormonaux rendrait l’individu très à même de stocker le moindre surplus calorique. Dans les faits, une personne ne mange pas beaucoup puis se lâche copieusement de temps à autre sur des aliments gras et sucrés, elle stocke facilement mais brûle difficilement les calories. Ce qui n’est pas le cas par temps de guerre ou de famine.

Vieillissement et métabolisme

Avec l’âge, des changements métaboliques s’opèrent, influençant la composition corporelle, la fonction mitochondriale, et la capacité des cellules à maintenir l’homéostasie. Ces changements sont exacerbés par un style de vie sédentaire et peuvent être en partie prévenus par un régime alimentaire et un exercice appropriés​​.[3]

L’âge n’étant pas au maintien des muscles, il faut redoubler d’effort pour les conserver. Une alimentation suffisamment riche en protéines et combiné à de la musculation, il n’y a rien de mieux à ce jour.

Diète et exercice : impact sur le métabolisme

Ce qui ralentit beaucoup le métabolisme, ce n’est pas le manque de calories ingéré, mais le manque de calories brulé par le corps. Ce qui brule le plus de calories au repos, ce sont vos muscles, et que fait un régime restrictif sur le moyen long terme ? Il fait perdre du muscle. C’est pour cette raison que certains perdent du poids quand ils augmentent les calories après un long régime. Leurs muscles reprennent du poil de la bête et par la même occasion, brûle des calories.

Le taux métabolique au repos est un facteur crucial dans la dépense énergétique quotidienne. Alors que la croyance populaire soutient que le régime alimentaire diminue le taux métabolique et que l’exercice l’augmente, les recherches actuelles suggèrent que ces changements peuvent être à court terme. Des régimes très restrictifs peuvent induire une baisse transitoire du taux métabolique, mais l’impact à long terme sur le métabolisme n’est pas clairement démontré.

Il est nécessaire de développer des stratégies pour maintenir ou augmenter le taux métabolique à travers le régime et l’exercice​​.[4]

 

À quel âge le métabolisme change ?

Les chercheurs ont identifié quatre phases distinctes dans notre parcours métabolique, de la naissance jusqu’à un âge avancé.

Tout commence avec les nouveau-nés, dont la dépense énergétique, une fois ajustée à leur taille, est similaire à celle des adultes, mais qui connaît une augmentation significative durant la première année de vie. Ensuite, pendant l’enfance et l’adolescence, cette dépense continue de croître, mais à un rythme plus lent, jusqu’à se stabiliser aux alentours de 20 ans.

La phase adulte, qui s’étend de 20 à 60 ans, se caractérise par une stabilité remarquable de la dépense énergétique, même pendant la grossesse. Finalement, une fois les 60 ans passés, une décroissance s’amorce, influencée non seulement par une réduction de la masse musculaire mais aussi par des changements métaboliques internes.[5]

Question abonné : Comment relancer son métabolisme après un régime

**Le poids des pensées sur la balance**

La manière dont vous percevez votre alimentation, votre santé et vos humeurs peut significativement influencer votre poids.

Cliquez pour voir la vidéo 

 

 

Bibliographie :

  1. [Chronic Fatigue: When to Suspect an Inherited Metabolic Disease?]
  2. Les régimes font-ils grossir ?
  3. Metabolic changes in aging humans: current evidence and therapeutic strategies – PMC
  4. Can Diet and ExerciseReally Change Metabolism?
  5. Daily energy expenditure through the human life course | Science

Depuis des années je vous aide à vous muscler et sécher, si vous avez des questions ou des informations à partager sur cet article utilisez l'espace commentaires en dessous. Et si vous voulez m'écrire.contact@fitnessmith.fr  

Cet article a 2 commentaires

  1. Avatar
    Sophie

    Merci Théo, c’est exactement le contenu qu’il me fallait en ce moment :-)!
    Tu réponds très clairement à la question et tu donnes une solution facile à mettre en place.
    Belle journée!

    1. Avatar
      fitnessmith

      Merci Sophie :)

Laisser un commentaire