Sommes nous faits pour prendre du muscle

Sommes nous faits pour prendre du muscle, voici une question que l’on peut ce poser…Je vous donne ma stratégie.

« Ceci n’est que mon point de vue, je ne suis pas l’élu »

 

Sommes nous fait pour prendre du muscle ?

C’est une question intéressante n’est ce pas ? Actuellement on voit des tas de régimes qui orientent les gens vers une alimentation plus « saine » et plus naturelle, les promesses sont les suivantes, une meilleure énergie, une perte de graisse et une augmentation de la masse musculaire. Tout ça réunit grâce à une alimentation adaptée…

Il y a du vrai et du faux selon moi. Je suis d’accord qu’une alimentation plus naturelle a de multiples bénéfices sur le plan santé et tour de taille. Sur le plan santé, on se retrouve à manger moins de gluten, moins de lactose, moins de produits transformés remplis de conservateurs et de substances chimiques néfastes pour l’organisme.

Pour la perte de graisse le fait de ne plus consommer de produits transformés riches en graisse saturée, en sel, en sucre à haut index glycémique va forcement réduire votre tour de taille si vous aviez une alimentation médiocre les années passées. Pour le muscle, c’est différent. Bien qu’une alimentation plus saine comme citée ci dessus va être bénéfique pour une prise de muscle, sans entrainement il n’y aura aucun gain.

Pour comprendre quelque chose sur la prise de muscle il faut comprendre comment ça ce passe schématiquement.

Lorsque l’on s’entraine on détruit le muscle, vient ensuite le moment où on va fournir les outils pour réparer les muscles détruits, ensuite la reconstruction s’effectue pendant le sommeil.
C’est simple n’est ce pas ? Et bien pas tant que ça car il faut savoir rendre l’entrainement suffisamment intense pour que les destructions musculaires (catabolisme) soient bien présentes.

 

Prendre du muscle sans effort

prendre du muscle Je vois trop de personnes en salle souhaitant progresser mais ne pas se mettre à « l’arrache » sur chaque série.

À l’entrainement le muscle doit être maltraité, il doit bruler, il doit gonfler, il doit être presque à l’échec à la fin de chaque série, voir même à l’échec sur certaines séries.

L’entrainement c’est un combat entre la douleur et la volonté, il faut toujours trouver une parade pour que la volonté l’emporte au delà de la douleur, quel que soit l’état de forme.

Sur du léger des séries longues de 50/100 répétitions sont très douloureuses au niveau brûlure et il faut du mental pour résister le plus longtemps possible sous cette brûlure.Les jours de grande forme, pousser lourd proche de son maxi sur plusieurs exercices est aussi une victoire face à la douleur.

Le corps a besoin d’une action violente pour se développer et prendre du muscle et pas que d’un shaker de whey ou de gainer ou d’une alimentation adaptée…

Vous pouvez retrouver mes entrainement et mes plans alimentaires en suivant ce lien

Bon entrainement à tous.

livre seche musculation

Cet article a 10 commentaires

  1. Romain Dossetto

    Encore un article super intérressant de ta part Théo.
    Je constate aussi que beaucoup de personne ne se donne pas  » à fond  » à
    chaque entrainement .
    Il n’y à pas de secret ;)

  2. Tny

    Salut, merci pour l article.
    Est il possible d avoir une telle intensité avec un programme fullbody type waterbery ou bien split obligatoire ?
    A+

    1. admin-fitnessmith

      certainement, le but est de créer une réaction « violente »

  3. delassus

    je partage entièrement tes explication Théo
    cela dit attention de ne pas tombe en surentraînement
    il faut dans son entrainement aller au max de ses effort mais aussi pouvoir gérer sa semaine car a vouloir faire un combat entre la volonté mental et le corps tu peut gagner que du surentraînement et la effet inverse tu te mes a perdre du muscle cela peut être plus ou moins long a revenir
    quand pense tu salutation régis

    1. admin-fitnessmith

      c’est pour cette raison que plus on s’entraine plus il faut prendre en compte l’importance de la nutrition

  4. Dalla costa

    Super article theo ! D’ou vient la phrase «No pain no gain»

  5. Ionescu

    Voilà un beau article qui mérites d’être lus ! Je suis d’accord avec tout ce que tu dis, continue ! D’ailleurs je suis a la troisième journée de mon nouveau programme de musculation grâce a tes conseils, !

  6. Valery

    Bonjour !

    Voilà un article dont la première partie sur les concepts de catabolisme et d’anabolisme musculaires ainsi que de récupération est intéressante.

    Toutefois, je serai plus nuancé sur ce que tu dis dans la seconde partie de ton post.

    Certes, il faut savoir s’entraîner dur pour prendre du muscle, mais pas constamment selon moi. Accroître progressivement l’intensité de ses séances et savoir décroître celle-ci à certains moments me semble indispensable pour progresser.

    Si la douleur est, de façon générale, inhérente à un entraînement digne de ce nom, je pense que la rechercher trop souvent voire même constamment parfois quitte à s’infliger une sorte de souffrance (tu parles d’ « action violente » à exercer sur le corps) peut être contreproductif. Et en cela, je rejoins ce qu’a écrit Delassus sur le risque de surentraînement avec les effets pervers que cela peut avoir.

    Il est tout à fait possible de gagner en muscle sans tout le temps être à 100 %. Il faut savoir être à 60-70 % à certains moments, 100 % et même 110 % à d’autres, les périodes les moins intenses permettant aussi de récupérer de celles qui le sont le plus.

    Sans oublier que tous les pratiquants ne sont pas pareils. Certains arrivent à suivre des entraînements intenses voire très intenses pendant une longue période de temps alors que ce n’est pas forcément le cas pour d’autres.

    Dans tous les cas, je suis très impressionné par ton physique et te félicite pour ton blog ! Sacré boulot !

    Salutations !

    Valéry

  7. Coachnutrisport

    Article intéressant, mais mon point de vue est un peu différent; naturellement on est pas fait pour être très musclé. L’homme chasseur cueilleur… doit monter aux arbres, courir après un gibier, partir à la course en cas de danger. Alors le bodybuider sera désavantagé dans ces circonstances. En plus pour maintenir ça masse musculaire il devrait manger plus, donc chassé plus, pêché plus. Or à l’époque il n’y avait pas d’élevage et arme à feu pour se nourrir abondamment…

    1. Antoine

      Mais nous avons bien changé, évolué et morphologiquement et au niveau de notre metabolisme … le discours du chasseur cueilleur qu’on entend bien souvent. Si le bodybuilder serait désavantagé dans ces circonstances, le chasseur cueilleur de la préhistoire le serait encore plus dans notre société actuelle … Comparer ce que l’homme a pu être il y a quelques milliers d’années et ce que nous sommes devenu est une erreur a mon gout ;)

Un avis ?