You are currently viewing Comment acquérir la musculature d’un guerrier grec
Dans cet épisode, nous allons parler de l’entrainement des grecs anciens, mais aussi de leur approche alimentaire.

**Programme à télécharger : Les secrets pour obtenir un corps de statue grecque ! **

Voici ce que vous obtiendrez :

  • Un aperçu passionnant de la gymnastique antique et de l’idéal de beauté grecque
  • Un programme d’entraînement complet et adaptable à tous les niveaux, avec ou sans matériel
  • Des conseils diététiques pour compléter votre transformation physique
  • Une approche holistique qui allie corps et esprit pour un développement équilibré
  • Les muscles et proportions à développer
  • Accès aux notes et au programme téléchargeable

Cliquez pour voir

L’entraînement des Grecs anciens selon Philostrate

1. Une méthode ancestrale

Selon Philostrate, les Grecs anciens avaient une approche unique de l’entraînement. En effet, ils croyaient fermement que « l’entraînement devait être adapté à chaque individu » . Ainsi, chaque personne avait un programme d’entraînement sur mesure, basé sur ses besoins et ses capacités.

2. L’importance de la régularité

Philostrate souligne également l’importance de la régularité dans l’entraînement. Il mentionne que « l’entraînement doit être quotidien pour être efficace » . Cette constance permettait aux Grecs de développer leur force et leur endurance de manière optimale.

3. La variété des exercices

Les Grecs ne se contentaient pas d’un seul type d’exercice. Philostrate rapporte que « la variété des exercices était essentielle pour éviter la monotonie et stimuler différents groupes musculaires ». Ainsi, ils combinaient la course, le saut et la lutte pour obtenir un entraînement complet.

4. L’importance de la nutrition

En plus de l’entraînement physique, la nutrition jouait un rôle crucial. Philostrate note que « la nourriture était considérée comme une partie intégrante de l’entraînement » . Les Grecs accordaient une grande importance à une alimentation équilibrée pour soutenir leurs efforts physiques.

 

La Diète des Athlètes

entrainement grec ancien

1. Aliments de base : Les anciens athlètes se nourrissaient principalement de maza (une sorte de bouillie ou de galette) et de pain mal cuit et non fermenté ( voir une recette ici ) . Ces aliments étaient probablement riches en glucides, fournissant l’énergie nécessaire pour leurs entraînements intenses.

2. Protéines : La viande était également un élément essentiel de leur régime. Ils consommaient de la viande de bœuf, de taureau, de bouc et d’antilope. Ces sources de protéines les aidaient à construire et à réparer leurs muscles.

3. Huiles : Les athlètes soignaient avec de l’huile d’olive, qu’elle soit ordinaire ou d’autres variétés. Cette pratique pourrait avoir des avantages pour la peau, mais l’huile d’olive était également consommée pour ses bienfaits nutritionnels.

4. Restrictions : Philostrate mentionne certains aliments et pratiques à éviter. Par exemple, les athlètes devaient éviter de consommer trop de vin ou de manger de manière excessive. De plus, certains poissons étaient considérés comme contraires aux lois de la gymnastique, en fonction de leur habitat.

  1. Poissons à éviter :
    1. Philostrate mentionne que certains poissons sont complètement contraires aux lois de la gymnastique.
    2. Il attribue différentes qualités aux poissons selon leur habitat :
    3. Les poissons qui viennent de la vase sont considérés comme lourds.
    4. Les poissons des parties rocheuses sont considérés comme tendres.
    5. Les poissons de la haute mer sont considérés comme charnus.
    6. Ceux qui sont nourris par les bas bords sont considérés comme maigres.
    7. Enfin, ceux qui vivent dans les algues sont associés à la faiblesse
  2. Autres aliments à éviter :
    1. Philostrate mentionne le pain assaisonné de pavots comme étant difficile à digérer.
    2. Il met également en garde contre la consommation de chair de cochon. Selon lui, les cochons qui vivent en troupe au bord de la mer sont mauvais à cause de l’ail de mer dont les côtes rocheuses et sablonneuses sont remplies. De plus, il est recommandé d’éviter les cochons du voisinage des rivières, car ils mangent des crabes. Seuls les cochons nourris avec des cornouilles et des glands sont considérés comme appropriés pour l’alimentation.

5. Cochons : Il est intéressant de noter que tous les cochons n’étaient pas considérés de la même manière. Les cochons qui vivaient près de la mer étaient évités en raison de leur alimentation à base d’ail de mer. Seuls les cochons nourris avec des cornouilles et des glands étaient recommandés pour la consommation.

 

Conséquences d’une Mauvaise Nutrition

Une mauvaise nutrition pouvait avoir des conséquences néfastes sur les athlètes. Par exemple, ceux qui avaient trop mangé montraient des signes d’alourdissement des sourcils et de respiration profonde. De plus, une consommation excessive d’alcool pouvait entraîner un ventre surchargé et un sang plus vif. Philostrate met en garde contre les athlètes qui s’assoient avant les exercices, remplis d’aliments, comparant leur état à des ballots de Libye ou d’Égypte. Il critique également l’introduction de cuisiniers et de marmiteux facétieux qui rendent les athlètes gourmands.

 

5. La philosophie des athlètes grecs anciens

philosophie grec ancien

Au-delà des méthodes physiques, les Grecs avaient une philosophie de l’entraînement. Selon Philostrate, « l’entraînement n’était pas seulement une question de force, mais aussi de discipline mentale » . Ils croyaient que le corps et l’esprit devaient être entraînés en harmonie.

1. La gymnastique comme science et art

Philostrate élève la gymnastique au rang de science, la plaçant au même niveau que d’autres disciplines intellectuelles et artistiques. Cela reflète une vision holistique de l’éducation et du développement humain, où le physique et le mental sont intrinsèquement liés et valorisés également.

2. L’importance de l’harmonie entre le corps et l’esprit

Le texte souligne l’importance de l’équilibre entre le développement physique et intellectuel. Cette idée est fondamentale dans la philosophie grecque, notamment chez Platon et Aristote, qui valorisaient l’harmonie entre le corps et l’esprit pour atteindre l’eudaimonia (bonheur ou bien-être).

3. La gymnastique comme moyen d’éducation morale et civique

Philostrate voit dans la gymnastique non seulement un moyen d’améliorer la santé et la force physique, mais aussi un outil d’éducation morale et civique. Les exercices physiques sont perçus comme un moyen de développer des qualités telles que la discipline, le courage et la persévérance, essentielles pour la vie en société et pour la participation à la vie politique de la cité.

4. Réflexion supplémentaire

Ces enseignements montrent comment, dans l’Antiquité grecque, la gymnastique était perçue comme un élément essentiel de l’éducation et du développement humain, intégrant des aspects physiques, intellectuels, moraux et civiques. Cette vision holistique contraste avec certaines approches modernes où l’éducation physique est souvent séparée des autres aspects de l’éducation.

Philostrate insiste sur le fait que l’entraînement ne se limite pas uniquement à la dimension physique. Il évoque l’importance de traiter « l’âme des athlètes qui ont le moral agité, et cela, par des discours qui leur donnent courage et qui les soutiennent ». Cela montre que pour les Grecs anciens, la préparation mentale était aussi cruciale que la préparation physique.

Ressource supplémentaire : remarquable travail de Marc Szwajcer pour la numérisation de l’ouvrage Traité sur la gymnastique PHILOSTRATE. 

 

Depuis des années je vous aide à vous muscler et sécher, si vous avez des questions ou des informations à partager sur cet article utilisez l'espace commentaires en dessous. Et si vous voulez m'écrire.contact@fitnessmith.fr  

Laisser un commentaire