You are currently viewing Muscle système nerveux et cerveau : la clé d’une séance productive

Muscle système nerveux et cerveau : comment frapper rapidement un muscle

 

Dans cet article je vais vous expliquer comment déterminer la différence entre un muscle que l’on peut entraîner rapidement ou non.

 

La connexion muscle système nerveux et cerveau

 

Quand j’étais plus jeune j’ai regardé une vidéo de musculation ou on voyait le célèbre athlète de bodybuilding Tom Platz parler de la relation entre le muscle et le cerveau, ma première réaction a été la suivante «  ce gars est vraiment sur une autre planète ».

 

Aujourd’hui je commence à comprendre ce qu’il disait quand il parlait de cette relation muscle et cerveau.

 

Lorsque je démarre une séance musculation j’effectue un rapide échauffement des muscles sollicités pendant la séance, ensuite je fais une série du 1er exercice léger pour bien me connecter avec le muscle que je souhaite développer.

 

Lors de ma série d’échauffement si je me concentre bien j’arrive à être directement sur le muscle que je souhaite solliciter, et quand je pose la barre ou les poids la congestion est déjà présente alors que la séance ne fait que commencer…

Lorsque j’ai débuté, il me fallait plus de série et répétition pour réussir à solliciter le muscle, à le sentir travaillé à le sentir brûlé, etc.

 

Je me suis rendu comptes que plus je pouvais être rapidement sur le muscle lors d’une séance, plus elle pouvait être intense et courte (30-35 minutes)  , lors de mes débuts je perdais déjà 15 ou 20 minutes à essayer de ressentir le travail musculaire, mes séances durées donc forcement plus longtemps.

 

Pour vulgariser

 

En gros on appel ça le schéma moteur, le niveau de connexion entre le cerveau et le muscle, à force de travailler une zone musculaire vous allez faciliter le passage de l’influx nerveux entre votre cerveau et votre muscle, c’est un travail long, surtout pour les points faibles, d’ou l’intérêt de faire des séries longues et légères à la brûlure en plus des entraînements classiques.

 

Métaphore

 

Imaginez-vous dans une pièce sans lumière avec une lampe que vous devez brancher à une prise, il y a une prise, mais vous ne savez pas ou elle est donc vous perdez du temps à la trouver avant de pouvoir la brancher, moi je sais ou se trouve cette prise je peux donc directement me diriger vers elle et brancher la lampe en rentrant dans la pièce noire…

 

Pour les débutants

 

Peut-être qu’aujourd’hui ça ne vous sembles pas cohérent, mais que dans quelques années vous comprendrez ce que j’essaye de vous faire comprendre via cet article.

 

Mon conseil est le suivant, au lieu de penser bêtement à lever une charge d’un point A à un point B, essayez de le faire en contractant volontairement le muscle que vous êtes censé travailler principalement avec cet exercice.

 

Mon programme complet ici 

Depuis des années je vous aide à vous muscler et sécher, si vous avez des questions ou des informations à partager sur cet article utilisez l'espace commentaires en dessous. Et si vous voulez m'écrire.contact@fitnessmith.fr  

Cet article a 4 commentaires

  1. Anis

    Merci pour l’enterrement

  2. bob

    dsl pour le post précédent , c’était un test pour évité d’écrire tout un truc que j’arriverai pas à poster .

    Bref , salut ,
    En effet , j’invite tout le monde à visionner Pumping iron 1 et 2 . ça a vraiment été mon déclancheur , spécialement le 2 comme tu l’as cités plus haut , où Tom Platz évoque la relation cerveau-muscle en disant que le bodybuilding est en fait plus  » mental que physique  » . J’ai par ailleurs aussi lu le livre qu’il évoque  » Jonathan le goeland  » qui est une belle métaphore du bodybuilding .
    Plus vite vous arriverez à faire cette liaison cerveau/muscle et plus vous gagnerez du temps , non pas forcément sur la durée des scéances mais sur la production de la masse musculaire sur le long terme . Le temps est et doit être le principale obstacle , d’où le passage de certains du côté obscure à leurs risques et périls .
    Gardez à l’esprit ( pour les pratiquants standards , 1 groupe de muscle/jour/semaine ) qu’une années est faites de 65 semaines , soit 65 scéances . On retire les semaines de vacances , de blessures , de surentrainement, de problèmes perso et on descend vite à 55 voir moins . C’est peu , d’où le fait de maximiser ses scéances avec le cerveau/muscle . Ca parait peu mais on reste tout de même à 55 semaines x 4 goupres musculaire (certains 5 j/sem) = 220 (275) scéances sur 365 Jours pour tout le corps , ce n’est pas un rien .

    1. fitnessmith

      Merci pour le partage et la passion bob :)

  3. capt54

    Entièrement d’accord avec ça. Arnold Schwarzenegger en parle aussi. Je le fais beaucoup avec les pecs car j’ai du mal à les sentir, car j’ai tendance à compenser avec les épaules.

Un avis ?