Bien vivre après un régime

Dans l’épisode de la semaine nous allons parler de l’avocat pour le microbiote, de témoignages de mal être pour ceux qui ont réussi à perdre du poids, de l’obésité dans les médias et de l’arnaque au konjac. 

#konjac #podcast #fitness 

 

Les liens à suivre : 

 

LES CITATIONS DU PODCAST 

 

Les effets de l’avocat sur le microbiote intestinal

Dans une nouvelle étude parue dans le Journal of Nutrition, des chercheurs ont regardé comment la consommation régulière d’avocat peut influencer le microbiote intestinal et donc la santé en général.

La consommation quotidienne d’avocat a permis d’augmenter la quantité de bactéries intestinales qui étaient également plus diversifiées, des marqueurs d’une bonne santé intestinale. Par exemple, les personnes du groupe « avocat » présentaient un microbiote plus riche que le groupe de contrôle en bactéries Faecalibacterium, Lachnospira et Alistipes (de 26% à 65%) qui sont capables de fermenter les fibres et de produire des métabolites favorables à la santé intestinale. Consommer de l’avocat chaque jour a ainsi permis une augmentation de la quantité d’acides gras à chaîne courte, et notamment 18% d’acétate en plus que le groupe de contrôle. Les acides gras à chaîne courte jouent un rôle bénéfique pour la santé intestinale.

Les participants ayant consommé un avocat quotidiennement excrétaient également plus de graisses dans les matières fécales

Source  lanutrition.fr

 

Plus minces mais pas mieux dans leur peau

Il faut aussi s’habituer aux nouveaux regards – celui des hommes, souvent plus insistants et celui des amies, parfois plus méfiants – qui peuvent ébranler l’image que l’on a de soi et nos relations aux autres, comme le confie Laura. « J’ai toujours été la petite boulotte rigolote de service. Mais maintenant que je ne suis plus boulotte justement, c’est comme si j’avais perdu mon rôle, ma place, voire une part de moi-même… Il m’est difficile de l’expliquer : avant, l’humour était un moyen de me faire remarquer mais seulement quand je le voulais auprès de qui je le voulais. Car les gens ne me voyaient pas vraiment alors qu’aujourd’hui, je suis plus ‘visible’ et cela me gêne. Je gère très mal les regards, je n’arrive pas à être naturelle. C’est usant. Je sais bien que mes rondeurs me servaient jusqu’à maintenant de carapace. Mais si je ne veux pour rien au monde les reprendre, je n’ai pas encore trouvé le moyen de bien vivre sans. »

J’avais 20 ans, c’était mon premier (et à ce jour mon dernier) régime. Après huit mois de privations et de sport à haute dose, ma balance affichait 12 kg de moins : une vraie métamorphose ! J’étais ravie, fière, mais très vite, un ‘vide’ s’est installé en moi. Voilà, j’étais mince, j’avais atteint mon objectif. Et maintenant ? Qu’est-ce que j’allais devenir ? Et si je reprenais du poids ? Plus perturbant encore, les gens – les hommes notamment – se comportaient différemment. Leurs regards me mettaient d’autant plus mal à l’aise qu’au fond de moi, j’étais toujours la même. C’était là d’ailleurs ma plus grande déception : mon « enveloppe » avait changé mais ma vie non. Je me disais qu’une fois mince, j’aurais plus confiance en moi, que je serai plus à l’aise avec les gens mais j’étais plus mal encore. Bien sûr, à la première rupture amoureuse, j’ai repris tout mon poids, et même un peu plus pendant quelques années.

Source psychologie.com

Métaphore de la plaque chauffante et de l’enfant

Obésité dans les médias

« L’obésité c’est un sujet qui passionne nos rédacteurs en chef et les gens bien portants entre guillemets parce qu’on a tous peur de devenir obèse, il y a un peu ce côté-là. Ils sont obsédés par la bouffe, ils sont obsédés par les régimes, ils sont obsédés parce que c’est les gens qui vivent dans le microcosme parisien, on fait attention à ce qu’on mange. Et puis les régimes, on mélange tout. Les régimes c’est tellement énorme, tout le monde est au régime. Vous venez ici à la cantine, vous regardez les plateaux, c’est caricatural, c’est que du régime Dukan par exemple, donc c’est une préoccupation. »

Source cairn.info

 

Arnaque au konjac ?

Le konjac contient une fibre soluble appelée glucomannane.  Environs 15 calories pour 100 g.

Très riche en fibres, idéal pour des repas plus denses mais sans excès calorique. 

 

Les liens à suivre : 

Cet article a 4 commentaires

  1. Marc

    Merci beaucoup pour ce petit podcast, ca fait plaisir :)

    1. fitnessmith

      Merci Marc

  2. Léo

    Hello Théo, Super podcast avec de bonnes idées de réflexion.

    Ton lien pour la source de “Plus minces mais pas mieux dans leur peau” n’est pas bon.

    1. fitnessmith

      Merci, je corrige ça :)

Un avis ?